Retour sur le 14ème Congrès de la Société Francophone de Transplantation

C’est sous l’égide de ce logo multicolore qui nous a accompagné pendant 4 jours, représentant une jeune paysanne souriante partant vendre ses camemberts sur son âne, que Caen a accueilli, au Centre de Congrès,  la communauté des transplanteurs francophones à ce 14ème congrès annuel de la Société Francophone de Transplantation, du 2 au 5 décembre 2014.

Plus de 300 participants, 371 inscrits exactement, se sont retrouvés pour cette rencontre unique, parmi lesquels des collègues de la francophonie : Belgique, Tunisie, Maroc, Algérie, Congo, Côte d’Ivoire, Haïti, Macédoine, Vietnam, Espagne, Grèce, US, Brésil ; sans oublier les DOM TOM : Martinique, Guadeloupe, Polynésie, Réunion et… un japonais du Japon non francophone.  

Ce congrès a débuté par la Formation Médicale Continue avec un nombre très important de participants (certains debout) expliqué par l’intérêt du thème rassemblant tous les transplanteurs d’organes : grossesse et transplantation. Il en est de même pour la journée paramédicale et des coordinations avec 4 thèmes d’actualité : prise en charge des AVC graves, donneur décédé à cœur arrêté M3, éthique et don du vivant, dons croisés.

Le Comité d’Organisation a proposé des thèmes assez divers tels que :

  • Transplantation d’organes et maladies rares (SAPL, Oxaloses, amyloses)
  • Alternatives à la transplantation d’organes (cœur artificiel, foie artificiel, les apports de l’ingénierie tissulaire dans la greffe de tissus (peau, cornée)
  • Difficultés chirurgicales d’accès à la greffe

 Deux sociétés savantes ont été invitées :

  • la Société Française de Dermatologie, partenaire privilégié des transplanteurs. Le cancer cutané le plus fréquent des cancers après transplantation est un problème quotidien soulevant des interrogations sur la prise en charge thérapeutique.
  • la Société Française de Tabacologie qui a présenté des communications sur tabac et transplantation dont le sevrage, ce qui a suscité de nombreuses questions de transplanteurs très intéressés par cette thématique parmi lesquels certains fumeurs de surcroît.                    

N’oublions pas que la transplantation d’organes est une spécialité médico-chirurgicale d’une exceptionnelle richesse tant dans la recherche clinique qu’expérimentale qui ne cesse d’évoluer. Le nombre de transplantés avec greffon fonctionnel augmente chaque année. L’enseignement de la transplantation d’organes dans nos facultés doit y être délivré à tous les futurs médecins et avec très grande conviction.

Un grand merci à nos 16 partenaires de l’industrie pharmaceutique qui ont contribué à l’organisation de ce congrès.

      

Côté convivial : après une visite dans un lieu d’exception, le Mémorial de Caen, cité de l’histoire pour la paix, le diner du congrès a eu lieu dans son grand hall d’entrée sous l’avion de chasse britannique (Hawker Typhoon).

Revenons à notre jeune paysanne souriante partant vendre ses camemberts sur son âne. Si vous avez de bons yeux, vous lirez sur cette affiche : « véritable » congrès du syndicat des congrès de l’Ouest ; ils annoncent 45% de matière grise. Eh bien, la SFT à Caen a fait mieux : son « véritable congrès » a réuni 100% de matière grise représentée ici par des spécialistes et chercheurs des différents organes.

En 2014, Caen aura fêté le 70ème anniversaire du débarquement, organisé les Jeux Equestres Mondiaux, et l’année s’est terminé par ce 14ème congrès annuel de la Société Francophone de Transplantation.

 

 


 

Partager :